Avancement qui permet aux personnes en état végétatif de communiquer


L'imagerie cérébrale permet à un patient végétatif de communiquer

Selon de nouvelles recherches, certaines des personnes considérées comme étant dans un état végétatif peuvent être plus conscientes qu'on ne le pensait auparavant et même capables de communiquer. L'un des patients de l'étude, publiée aujourd'hui dans le New England Journal of Medicine (NEJM), a pu répondre correctement à une série de questions par oui ou par non, ses réponses étant interprétées à l'aide de l'imagerie cérébrale.

La recherche met en évidence à quel point il peut être difficile de diagnostiquer les personnes dans cet état et comment les nouvelles technologies pourraient aider. Elle ouvre également de nouvelles voies de communication avec ceux que l'on croit perdus dans le monde de l'éveil et soulève un certain nombre de questions éthiques et philosophiques sur la définition de la conscience et comment l'évaluer.

Dans la présente étude, on a demandé aux patients diagnostiqués végétatifs ou peu conscients de s'imaginer jouer au tennis ou marcher dans les rues d'une ville ou d'une maison familiale. Chez les personnes en bonne santé, chacune de ces tâches active une partie caractéristique du cerveau, permettant aux scientifiques de déterminer à partir d'un scanner cérébral laquelle des deux situations la personne visualise.

Les chercheurs ont observé que cinq des 54 patients censés être dans un état végétatif étaient capables de contrôler volontairement leur activité cérébrale, ce qui suggère que, bien que rares, certaines personnes avec peu ou pas de signes externes de conscience présentent des symptômes de conscience mesurables. Les cinq patients avaient subi des lésions cérébrales à la suite d'un traumatisme crânien plutôt que d'un manque d'oxygène, confirmant que ce groupe avait des perspectives de rétablissement plus prometteuses.

L'équipe a ensuite montré que l'un des patients patients, un jeune de 22 ans qui avait été diagnostiqué avec un état végétatif après un accident de voiture cinq ans plus tôt, pouvait utiliser cette tâche d'imagerie pour communiquer. On a demandé au patient d'imaginer jouer au tennis si la réponse à une question était affirmative, et d'imaginer sa maison si la réponse était négative. Le patient a pu répondre à cinq des six questions et a répondu à toutes correctement.

Source: Revue technologique



Vidéo: Etat végétatif persistant: Cas Clinique #1


Article Précédent

La Pologne considère la nanotechnologie comme la clé

Article Suivant

Anciens élèves