Un assemblage de nanomachines imite les muscles humains


Pour la première fois, un assemblage de milliers de nanomachines capables de produire un mouvement de contraction coordonné qui s'étend jusqu'à une dizaine de micromètres, comme les mouvements des fibres musculaires, a été synthétisé par une équipe du CNRS de l'Institut Charles Sadron.

Ce travail de rupture, dirigé par Nicolas Giuseppone, professeur à l'Université de Strasbourg, avec la participation de chercheurs du Laboratoire de la matière et des systèmes complexes (CNRS / Université Paris Diderot), permet de valider expérimentalement une approche biomimétique conceptualisée au cours de quelques années dans le domaine des nanosciences.

Cette découverte ouvre des perspectives pour une multitude d'applications en robotique, pour le stockage d'informations en nanotechnologie, pour la synthèse de muscles artificiels dans le domaine de la médecine ou pour la conception d'autres matériaux incorporant des nanomachines (dotées de nouvelles propriétés mécaniques). Ce travail a été publié dans la version en ligne d'Angewandte Chemie International Edition.

Source: http://www2.cnrs.fr/en/2117.htm?goback=.gde_3287601_member_178127241



Vidéo: Nanomachines, son!


Article Précédent

Pépins de raisin: traitement du cancer colorectal?

Article Suivant

Pour une stratégie européenne des nanotechnologies