Nanocoloïdes pour identifier les caillots sanguins


Des scientifiques des États-Unis et du Royaume-Uni ont découvert un agent de contraste plus sûr pour l'imagerie par résonance magnétique (IRM). L'agent est une alternative aux agents à base de gadolinium couramment utilisés mais potentiellement nocifs.

L'IRM utilise des métaux paramagnétiques (agents de contraste) pour produire des images à haute résolution et non invasives de la structure interne du corps. Bien que le gadolinium soit couramment utilisé par les scientifiques comme agent de contraste, son association récente avec un trouble tissulaire grave chez les patients souffrant d'insuffisance rénale a incité le développement de nouveaux agents de contraste plus sûrs.

Dipanjan Pan, de la faculté de médecine de l'Université de Washington, St Louis (USA) et ses collègues ont retiré des nanoparticules d'oxyde de manganèse dans un mélange d'huile végétale et de tensioactif pour former des nanocoloïdes d'oxyde de manganèse avec des structures phospholipidiques. Les chercheurs ont montré que les nanocolloïdes sont très sensibles à la fibrine, un composant majeur des caillots sanguins, et donc très efficaces comme agents de contraste.

D'autre part, le corps humain peut facilement métaboliser et excréter les colloïdes.

Article complet: RSC



Vidéo: Le caillot de sang: comment reconnaitre ce tueur silencieux que les gens ignorent. CDT NEWS


Article Précédent

Rechercher dans une vidéo ou un audio sur Internet

Article Suivant

Des chaussettes en été?